Madrugada
Propos du metteur en scène

Quoiqu'on en dise, l'acteur reste une énigme et sa schizophrénie est pour notre bonheur bien plus proche de l'alchimie que de la science humaine. Et voilà que Fabrice Melquiot s'attaque au sujet. Et voilà que je décide de lui emboîter le pas.

Il y a source de vérité dans le mensonge et l'acteur est un menteur.

Il y a démonstration de certitudes dans le théâtre mais elles flirtent avec les syllogismes.

Il y a excommunication dans la communication.

Le jeu du je avec le nous.

Le plaisir de l'interdit.

Le péché.

Alors le mot grossit et en devient grossier; il se lâche et se "musicalise"; se redresse pour mieux nous admonester.

Madrugada est tout cela et plus encore. De la provocation sur pattes qui peuvent chanter, danser.

De l'exotisme.

Du cabotinage au nom du non jeu en flagrant délit de délire au vu d'une caméra.

 

Et voilà qu'en toute bonne foi un acteur nous jure qu'il ne joue plus. Et voilà que nous allons le faire mentir au-delà de ses espérances.

 

Madrugada : Du jeu, rien que du jeu! Du rock, rien que du rock !

 

Jean-Marie Lejude